Elle était là sous nos yeux tous les jours,
envahissante par ses bruits, ses odeurs, ses
contraintes, ses dangers, mais néanmoins
rassurante. Elle paraissait éternelle.

Pourtant depuis sa démolition, l'image de
l'usine s'estompe de nos mémoires, comme
sur ce fond de page. Avec la disparition de
la dernière génération d'employés, la page
deviendra complétement blanche. De près
d'un siècle d'industrie du fer, il ne restera
plus alors que quelques photographies et
cartes postales.

Création le 26/05/03
Dernière modification de cette page: 10-02-09